RECHERCHE
NEWS TOWERCAST COMPETENCES PRESSE CARTES DES SITES RH
ARCHIVES
   
28 // 11 // 06

Towercast à l'assaut de la tour Eiffel

Pour la première fois, la mairie de Paris a mis en concurrence le site d'émission de radiotélévision de la tour Eiffel. Elle départagera début 2007 les deux candidats déclarés, TDF et Towercast.
Towercast se verrait bien emporter le sommet de la tour Eiffel. La filiale du groupe NRJ considère la bataille pour l'occupation de ce site comme " éminemment stratégique ", selon son directeur général, Padrig Mahé, dans son combat pour la concurrence sur le marché de la télédiffusion hertzienne, qu'elle dispute à l'ex-monopole public TDF (anciennement Télédiffusion de France). Jusqu'ici, Towercast s'est développé principalement en construisant son propre réseau d'émetteurs (430 à ce jour) ou en se faisant héberger dans les sites de TDF. Mais la tour Eiffel, seul point haut capable de couvrir toute la population francilienne, est irremplaçable et seul TDF a accès à son sommet.
Depuis les débuts de la radio, l'occupation des lieux par les installations d'émission avait toujours été concédée et renouvelée automatiquement aux monopoles publics successifs des PTT à TDF. La volonté de la mairie de Paris, propriétaire de la tour Eiffel, de passer en revue l'ensemble des concessions de son domaine tombe à point pour Towercast. Renouveler la concession pour les dix prochaines années permet bien sûr à la ville d'espérer une hausse significative de la redevance annuelle, actuellement plutôt modique (de l'ordre du million d'euros), payée pour l'occupation du sommet et de 2.000 m2 en sous-sol.

COEUR NUMÉRIQUE DE LA FRANCE

Elle entend donc organiser une vraie concurrence avant de choisir le vainqueur en février. La mairie a déjà contraint TDF à fournir toutes les informations et à évaluer " de bonne foi " la valeur de ses installations, au cas où Towercast l'emporterait et devrait les racheter, pour ne pas interrompre le service. TDF aurait communiqué un montant de 25 millions d'euros, que Towercast juge " très excessif ". Towercast, dans son dossier de candidature, se présente en tant qu' "hébergeur " louant les équipements communs (mâts, antennes, câble reliant le sous-sol au sommet, ventilation, etc.) à des clients, opérateurs de télédiffusion - TDF, la nouvelle filiale de TF1 baptisée One Cast, ou Towercast lui-même - ou en direct aux télévisions et radios qui y installeraient leurs émetteurs.

Cette activité d'hébergement est estimée à quelque 10 millions d'euros annuels. Ce qui représenterait une hausse de 50 % du chiffre d'affaires de Towercast (24 millions d'euros en 2006 contre près de 1 milliard pour TDF). Compte tenu de l'augmentation prévisible de la redevance, des coûts élevés de maintenance, des investissements à prévoir avec l'arrivée de la télévision mobile et haute définition, la rentabilité risque d'être modérée. Mais pour Padrig Mahé, " l'enjeu est de mettre en exergue la façon dont la concurrence peut être organisée sur un site non reproductible, comme il en existe quelques autres en France ". TDF a dû faire des propositions sur les conditions d'accueil de ses concurrents. En affichant un objectif flamboyant, " faire de la tour Eiffel le coeur numérique de la France ", la société semble décidée à défendre son sommet.

Source : La Tribune